spéléologie24

« la speléo et la moto … polluent moins que certaines industries. »

 

Un certain « espiègle » qui de toute évidence tient à rester anonyme, et c'est l'unique raison pour laquelle nous avons supprimé son commentaire signé de ce pseudonyme (1), proclame dans celui-ci, sa lassitude « des protection (sic) de l'environnement à gogo »

À ses dires, et il n'est pas interdit de partager son point de vue, « la speléo et la moto (1)… polluent moins que certaines industries. » L'argument, cependant, est faible car, rapporté au jardinage, plaisir de millions de nos concitoyens, la pulvérisation d'un produit comme le Roundup occasionne plus de pollution que les catastrophes de Bhopal et de Seveso  réunies. 

 De la même manière  les activités objet du plaidoyer de notre contradicteur, ne sont pas sans conséquence sur les milieux naturels où elles s'exercent de manière aussi irraisonnée qu'exponentielle.

Fréquentant grottes et gouffres depuis 40 ans nous ne pouvons que constater les saccages irréversibles occasionnés aux cavités souterraines par une spéléologie de masse encouragée par les pouvoirs publics,  Directions départementales Jeunesse et sports et Conseils généraux, et soutenus par une FFS (Fédération Française de Spéléologie) avide de pouvoir et ayant depuis longtemps sombré dans le caporalisme administratif qui en est la porte d'entrée.

Quant à la pratique des sports motorisés, même le législateur le plus obtus a convenu de son impact désastreux sur les biotopes. La récente circulaire établie par les services de Nelly Olin qui la limite de façon draconienne apparaît aux yeux de tous comme une véritable avancée ! Hormis dans le camp de ceux qui, en totale connivence avec les amateurs de spectacles taurins ou les troupes CPNtistes (armées de bons sentiments ?) veulent, bec et ongles, défendre leur pré carré ! Les uns comme les autres sont encore peu disposés à respecter la nature et le vivant.

« Dans ces cas là pourquoi ne pas interdire les falaises d'escalade : l'érosion des falaises doit être anormalement accentuée par cette pratique !!! » ajoute Espiègle en guise de conclusion un tantinet provocatrice. Effectivement, la question mérite d'être posée, d'autant qu'avec  le retour des beaux jours les véhicules des grimpeurs, qui sont loin, hélas, d'être des marcheurs, colonisent de nouveau plus de la moitié des voies départementales situées à l'aplomb de leurs abrupts favoris comme au Breuil (Paussac), aux Bernous (Bourdeilles) ou à Rochereuil (Grand-Brassac) entravant la circulation dans la louable intention d'escalader des rochers artificiellement purgés de tout passage scabreux et dûment équipés  de pitons et de via-ferrata !

 

(1)mis en place le 4/6 http://paussac.blog4ever.com



17/04/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres